Samedi
15/12
Très nuageux
2°/5°
Dimanche
16/12
Averses
4°/8°
Lundi
17/12
Averses
-2°/6°
 

Petit inventaire à l’Indienne...

Séjour en Inde début 2002
modifié le samedi 29 octobre 2005, première publication le dimanche 23 octobre 2005 par Chô

Rien ne peut ressembler à l’Inde, magnifique et sordide, tout et son contraire...

Des indiens à la plage qui se baignent (Pondicherry, Goa) Des indiens dans les villes qui marchent dans la rue main dans la main (y compris les policiers et les militaires) Des indiens à qui on parle et qui pour dire oui dodelinent doucement de la tête comme pour dire non...et les quiproquos qui s’ensuivent...

Des bus "bringuebalants" qui roulent à fond (50 km/h) dans un bruit de moteur infernal, klaxons bloqués et en plein milieu de route.

De la mer d’Oman à celle des Laquedives, en passant par la mer d’Andaman, toujours une eau idéale et des rouleaux "masseurs" ! Des pêcheurs au filet partant tôt dans d’antiques barques en troncs et ramenant des poissons à foison. Goa, la "Mecque des hippies" et "le spot des ravers" transformée en une station balnéaire pour papys et mamies grisonnants, tatoués et en string !

La visite du Matramandir (centre spirituel de la cité d’Auroville) dans un silence imposé et parsemé de pets indiens. Fou-rire garanti.

L’hindouisme et ses mystères Des temples magnifiques (Madurai), des cités sacrées (Hampi, Benares) ou plus rien ne correspond à nos repères, des rites surprenants, une foi qui vire au fatalisme (la réincarnation nous apportera une prochaine vie meilleure), un système de castes inacceptable mais accepté au nom d’une religion. Des hindoux vénérant des images d’un dieu bleu (Shiva), d’un homme grassouillet à tête d’éléphant (Ganesh) et d’une femme coupeuse de têtes masculines (Kali).

Une grande variété de paysages et de cultures mais toujours "made in india" ! Une bureaucratie comme on ne l’imagine plus mais des développements informatiques aussi performants que les notres.

La misère, la pollution et la saleté des grandes villes, les enfants qui travaillent ou qui mendient, les vieillards et les infirmes dans la rue. L’immense travail à accomplir et les petites avancées quotidiennes pour changer tout ça.

Une incursion dans les champs de thé du sud de l’Inde (Munnar) où la campagne est verte et fleurie et la vie semble prospère. Une immersion dans les montagnes du nord (Darjeeling) peuplées de népalais et de tibétains en exil. Des monastères boudhistes sur les versants des montagnes et des baraquements en bois et tôle ondulée pour loger tout ce petit monde.

Un dérapage dans la salle de bains doublée d’une chute de vélo et une Chô branlante pendant une semaine.

Des repas délicieux du sud au nord essentiellement végétariens, parfumés, épicés. Des sucreries sirupeuses à souhait. Des en-cas de rue étonnants et succulents.

Des troubles entre extrémistes hindous et musulmans, des indiens fatalistes mais actifs qui organisent des journées de grève de protestation pendant lesquelles l’Inde est complètement paralysée (commerces, administrations, transports). Des distances immenses à parcourir en train (Bombay-Benares 1400 km, 27 heures de train).

J’arrête là mon inventaire, j’espère qu’il vous aura donne une idée de l’Inde et peut-être envie d’y venir. Nous avons passé deux mois passionants et continuons vers l’Asie du sud-est. N’hésitez pas à donner des nouvelles. Nous sommes preneurs.

Amicalement, Chô et Franck.


Vers le site de Makhno
webDesign
Vers Linuxorable
Ecrire à Chô Ecrire à Franck