Samedi
15/12
Très nuageux
2°/5°
Dimanche
16/12
Averses
4°/8°
Lundi
17/12
Averses
-2°/6°
 

Récits croisés.

Semaine de vacances du 11 au 18 mai 2009 décrite par les 2 protagonistes.
modifié le jeudi 2 février 2012, première publication le mardi 19 mai 2009 par Chô

7 jours de vacances (enfin presque)
Récit de Franck

Depuis le début du mois de mars où nous avons commencé à bosser à la ferme de Tutipakkam, on ne s’est pas vraiment arrêté plus d’une demi-journée.
Alors ça y est , c’est décidé, on prend notre semaine de vacances du 11 au 18 mai. Nous voilà donc partis ce lundi, vers 10 h avec le scooter, un sac à dos moyennement rempli en direction de Pondicherry. On a prévu d’y déposer le scooter puis de partir en bus.
Au programme de la semaine : Pondicherry, Mahaballipuram, Kanchipuram et Tiruvannamalai.
Vellore, ville initialement candidate a été écartée « cette ville commerçante et poussiéreuse ne présente pas d’autre intérêt que son temple et son fort (LonelyPlanet) ».
Nous nous contenterons des temples de Kanchipuram et Tirunamavalai.
Pour notre première nuit, nous cherchons une chambre à la « New Guest House », établissement géré par l’ashram, au bout d’une rue calme dans l’ancien quartier colonial. L’endroit est paisible, avec petite cour intérieure verdoyante, ornée d’une cascade en état de marche et d’un bassin où nagent des poissons dans une eau particulièrement limpide. La pension est très fréquentée par les visiteurs de l’ashram de Sri Aurobindo et dispose de chambres très bon marché. Pour une nuit, on nous propose la seule chambre disponible (mais prévue pour 5 personnes). On visite, c’est nickel : 5 lits, 3 ventilateurs au plafond, parterre, murs et plafonds impec, douche qui coule dès que l’on ouvre le robinet et qui s’arrête dès qu’on l’éteint, pièce fraîche.
On est partant, même si aucune ristourne n’est possible (on paie pour 5 personnes), on ne trouvera pas à meilleur prix une chambre pour 2 à Pondy. Pour couronner le tout, la chambre s’appelle « Conquest », cela aurait aussi pu être « Intensity », « Heroism », « Modesty », ou « Grace » comme les chambres voisines.
 

Après une journée de farniente à Pondi et une nuit agréablement tiède, nous allons vers 10 h à la gare routière prendre un bus pour Mahabalipuram, station balnéaire située à 100 km vers le Nord.
On aurait souhaité partir plus tôt et ainsi suivre les conseils d’Arnaud (mari de Madeleine, fondatrice du Volontariat) : ne pas sortir entre 11 et 15 h, mais on n ’arrive pas toujours à se lever tôt. Le trajet se déroule tranquillement durant 2 heures, à longer la mer.
On est « dropé » sur la route principale à 1 km de la ville et il est presque 13 h (donc il fait très chaud) mais nous sommes plein de courage et on assure le trajet à pied. On trouve sans difficulté une chambre pour 2 nuits, c’est la basse saison, il n’y a presque personne. Il n’y a presque plus rien d’ouvert non plus : restaurant en travaux, boutiques en reconstruction… Peu importe, on est là pour se reposer.
Après une bonne sieste, en fin d’après-midi, on part se promener sur la plage qui mène au « Shore Temple » temple particulièrement célèbre, et là, surprise la plage a disparue mangée par la mer. Devant les bâtiments les plus proches de ce nouveau rivage, les occupants tentent de stopper l’érosion en parquant des sacs de sable.
De l’autre côté du « Shore Temple », rien n’a changé, ni le rivage, ni les nombreux indiens qui se baignent habillés, font un tour à cheval, mangent une glace et tirent sur des ballons à la carabine.
On trouve toujours les sculpteurs de pierre qui proposent des pièces de quelques centimètres à plusieurs mètres. Il y a toujours cette colline avec ses rathas, mandapam et sculptures dans la roche, mais aussi ces innombrables amoncellements de toute sorte de plastiques.
A bas le plastique !
On passe 2 jours là à flâner et lire avant de repartir jeudi matin vers 10 h (une pensée pour Arnaud) prendre un bus en direction de Kanchipuram, villes de soies et de temples.
Le trajet se fait avec deux bus : une heure jusqu’à Chengalpattu puis une seconde heure jusqu’à destination. Il est 11h30 lorsque nous embarquons dans notre second bus et tandis que nous avançons dans les terres je me rends compte que les champs sont vraiment secs, l’herbe est jaune (à la ferme, toutes les parcelles sont irriguées et les champs sont verdoyants), il n’y a même parfois rien d’autre qu’une terre sableuse.
C’est à ce moment-là que je m’aperçois aussi que l’air est vraiment chaud. Habituellement, lorsque l’on est dans un véhicule, fenêtres ouvertes, on est rafraîchi par l’air qui s’engouffre de l’extérieur. Là, non.
On dirait qu’une main invisible nous braque un sèche-cheveux sur le visage, au point de nous sécher les yeux. Je ne tarde pas à mettre mes lunettes de soleil pour me protéger de l’air chaud et de la poussière.
Chô à déjà ses lunettes sur le nez depuis un bon moment.
On dit qu’il y a trois saisons au Tamil Nadu : « chaud, très chaud et trop chaud ».
Après un parcours dans les faubourgs, nous arrivons enfin à la gare routière de Kanchipuram. Elle est classique : poussière, soleil et klaxons (et pas les klaxons de Mickey comme on les connait), des bons gros klaxons à air comprimé, maintenant interdits en France.
Il y en a des super graves, des super aigus, des « en trémolos et en boucle ». Le fin du fin c’est quand un bus arrive de chaque coté et fait jouer ce puissant organe en même tant que l’autre provoquant un effet stéréoscopique inoubliable, à coller les tympans au fond des chaussures).
Pas facile de s’orienter avec le minuscule plan du guide. On prend une direction au hasard et puis renseignements pris avec quelques passants (il est préférable de recouper les dires) il s’avère qu’il fallait prendre la direction opposée. Vaillant que nous sommes, nous y allons, mais pas d’hôtels en vue. Nous faisons donc un petit break en dégustant un soda bien mérité, il est bientôt 13h00 (re-pensée pour Arnaud).
En reposant la bouteille vide je remarque la rue des hôtels, il suffit de traverser la rue (enfin, le cours voire même l’avenue). Nous nous rendons à l’adresse indiquée « une des rares adresses économiques correctes, où le personnel enjoué fait oublier le cadre morne et défraichi LonelyPlanet ».
J’avance dans un hall sombre ou je devine le bureau de l’accueil et demande s’il y a une chambre pour la nuit, mais l’hôtel est plein. En ressortant, une personne de l’hôtel voisin m’indique avoir une chambre disponible. On monte voir. Il s’agit d’un hôtel au premier étage, constitué d’un large couloir sur la droite et d’une enfilade de chambre sur le coté gauche, le tout dans une lumière bien faible.
On visite la chambre : odeur de moisi, fenêtre qui donne sur un mur situé à moins d’un mètre.
Pas envie.
On tente avec l’adresse qui nous reste, hôtel de catégorie moyenne plus. Les chambres sont nettement plus chères avec taxe de luxe. On visite et même constat : odeur de moisi, fenêtre aveugle.
Pas plus envie.
Dans pas mal de villes indiennes, les hôtels sont tout d’abord destinés à une clientèle nationale qui ne se préoccupe pas des problèmes de bruit, lumière ou tout autre confort visuel. La chambre c’est juste pour y dormir, après on s’en va. Malgré la chaleur et les heures déjà passées dans le bus on décide de partir sur le champ pour Tiruvanammalai, soit encore 3h30 de bus.
On roule, on roule, toujours au milieu de paysages secs et avec ce sèche-cheveux dans le visage.
Lorsque l’on arrive enfin, on n’a même pas de plan pour pour trouver notre lodge. On sait juste qu’elle est à 2 kilomètres au sud (c’est où ?) d’un temple que l’on ne voit même pas. Mais en discutant avec les rickshaws présents, on fini par se faire comprendre et à arriver à destination.
On prend notre chambre et on sort pour boire un coup bien mérité.
Arrrrgh !
Tout est fermé (basse saison !) et on est situé à 2 kilomètres de la ville. Après une douche, on décide de partir en ville en rickshaw dîner et visiter le temple d’Arunachaleswar, vaste de 10 ha.
Bien que ce soit la nuit, la chaleur est étouffante, les pierres qui constituent le pavage du temple sont encore chaudes, tout comme les murs. Il y a même un cheminement piétonnier en toile tissée pour que les déplacements pieds nus soient possibles en journée.
Nous rentrons à notre lodge, aplatis par la chaleur du soir et le bus de la journée. La nuit est peu reposante : même avec le ventilateur à fond et une douche toute les deux heures, la chaleur est trop forte pour trouver le sommeil.
Le lendemain, on n’y tient plus. A 8h30 nous rentrons en taxi à Pondy pour y retrouver un peu de fraîcheur (il y fait moins de 40). Nous retentons de prendre une chambre à la New Guest House et nous en obtenons une (on en était vraiment pas sûrs).
La même chambre que la précédent à l’étage en dessous. Celle-ci s’appelle « Action » !

 

Des vacances au chaud !
Récit de Chô

Tout a pourtant bien commencé, la soirée de lundi, avec un programme léger : trouver une chambre et manger un petit truc...
Nous avons jeté notre dévolu sur une pension de l’Ashram (une chambre pour 5 rien que pour nous, un peu comme une suite), 1 naan fromage à l’Aristo et une glace chez Richie Rich, notre fournisseur préféré.
Le lendemain frais et dispos, nous prenons le bus pour Mamalapuram. Là-aussi programme léger en terrain connu.
Même si la ville ressemble à un champ de bataille en démolition ou en construction selon l’humeur, on a des repères.
C’est la basse saison, celle à ne pas mettre un touriste étranger dehors entre 10h et 16h mais ce sont aussi les grandes vacances indiennes...
Même si, le jeudi matin, on a un peu chaud (euphémisme), nous sommes encore plein d’entrain et on décide de partir en bus pour Kanchipuram (2h).
Le trajet est brûlant et la poussière mordante.
Quant à Kanchipuram réputée pour ses temples et ses soies, c’est aussi une ville laide et bruyante.
On insiste une heure en visitant 2 hôtels, l’un pourri, l’autre cher et pourri, puis on renonce.
Trop chaud.
Et là (erreur fatale), on décide de rallier dans la foulée, la prochaine étape : Tiruvannamallai.
C’est reparti pour 3 heures de bus en plein cagnard, un vent chaud nous sèche littéralement et les yeux de Franck virent au rouge.
« La petite merveille adossée au Mt Aruchanala LonelyPlanet » que l’on découvre au bout de notre trajet est en fait un peu la même que la précédente, laide, bruyante et surtout brûlante !
La fatigue aidant, on se désespère plus vite !
On finit par trouver un hôtel après 2 trajets successifs en rickshaw où on se pose avec une idée fixe : partir dès le lendemain.
Nous visitons quand même le temple d’Arunachaleswar en soirée.
La nuit est terriblement longue et chaude : 3 douches pour Franck qui ressemble à un lapin albinos et 2 pour moi qui grogne comme une pas contente.
Au petit matin, c’est décidé, on rentre sur Pondi en taxi (12 fois + cher que le bus !), on se réinstalle pour le week-end à la pension de l’Ashram et tout va mieux (sauf les yeux de Franck)

Moralité commune aux 2 récits : Même après quelques voyages en Inde, il ne faut pas se surestimer et surtout ne jamais sous estimer l’Inde et sa capacité de déstabilisation !

Vers le site de Makhno
webDesign
Vers Linuxorable
Ecrire à Chô Ecrire à Franck